S'asseoir 21 Jours avec la Terre

Du 28 mars au 18 avril

S'asseoir ensemble au creux de la Terre, pour se connecter à la vie, pour rafraîchir ou approfondir notre pratique.

Tous les soirs, une méditation guidée ou silencieuse sera envoyée par mail, à pratiquer chez soi le lendemain. Les jours de méditation silencieuse, elle sera accompagnée d'un petit texte inspirant de Thich Nhat Hanh.

Vous pourrez retrouver ces méditations sur cette page et télécharger les fichiers audio pour plusieurs d'entre elles.

Les méditations choisies l'ont été pour nous aider à nous mettre en lien avec la Terre, avec les merveilles de la Nature en nous et autour de nous. Elles sont tirées du livre de Thay intitulé « Un lotus s'épanouit ». Elles seront lues par des membres de la quadruple sangha.

Le dimanche 18 avril, dernier jour de ce cycle, aura lieu un partage du Dharma en ligne pour échanger les joies et difficultés rencontrées dans la pratique. Nous vous enverrons le lien par mail.

Ci-dessous un formulaire est disponible pour échanger sur la pratique durant ces 21 jours, vous pourrez écrire-partager vos questions, vos réflexions, vos visions profondes...

L'inscription est ouverte ! Pour participer et recevoir une pratique par mail chaque jour, merci de nous laisser votre contact :  


Si vous souhaitez nous contacter durant les 21 jours : 


Pour améliorer vos conditions de pratique : Si votre connexion internet est faible ou instable, nous vous invitons à télécharger les fichiers audio pour un meilleur confort. Cela est possible lorsque la pratique vous est proposée depuis un fichier stocké sur drop box. Pour cela, après avoir cliqué sur le bouton noir "Ecouter ou télécharger" ci dessous, votre ordinateur ouvre un nouveau lien. Sur la partie en haut à gauche de votre écran, cliquez sur l'icône avec la flèche pointée vers le bas (télécharger) et choisissez l'option téléchargement direct. 


S'asseoir 21 Jours avec la Terre

21 pratiques jour après jour du 28 mars au 18 avril

Pendant la guerre du Vietnam, tant de nos villages furent bombardés. Il nous fallait prendre une décision, mes frères et sœurs monastiques et moi-même. Devions-nous continuer à pratiquer dans nos monastères ou au contraire quitter les salles de méditation pour aller secourir ceux qui souffraient sous les bombes ? Après mûre réflexion, nous avons décidé de faire les deux à la fois : aller aider les gens et le faire en pleine conscience afin d'offrir une aide spirituelle et concrète. Nous appelions cela "le bouddhisme engagé". La pleine conscience doit être engagée. Une fois que nous avons vu qu'une action doit être entreprise, nous devons l'entreprendre. La vision et l'action vont de pair. Sinon à quoi servirait-il de voir ?
Nous devons prendre conscience des vrais problèmes du monde. Ensuite, grâce à la pleine conscience, à la concentration et à la vision profonde, nous savons quoi faire et ne pas faire pour aider. Si nous maintenons la conscience de notre respiration et continuons à pratiquer l'équanimité, même dans les situations difficiles, beaucoup d'humains, d'animaux et de végétaux profiteront de notre façon d'agir. Êtes-vous en train de semer des graines de joie et de paix ? C'est ce que j'essaye de faire à chaque pas. La paix est à chaque pas. Alors on continue notre route ensemble?

Thich Nhat Hanh « La terre est ma demeure »

JOUR 1 Méditation guidée - Restaurer la beauté en moi même

JOUR 2 Méditation silencieuse - Je suis fleur, montagne, eau tranquille, espace immense

Cher Bouddha, tu es une fleur rare et magnifique dans le jardin de l'humanité. Je suis également une de ces fleurs. Je sais que je dois nourrir ma nature de fleur et ma fraîcheur pour me nourrir et nourrir ma sangha. 

J'inspire, je me reconnais fleur dans le jardin de l'humanité. J'expire je me sens frais/fraîche.

Non seulement je suis fleur, mais je peux également être solide comme une montagne. Quand j'ai la pleine conscience et la concentration, j'ai la solidité en moi.

J'inspire et je me vois comme une montagne. J'expire, je me sens solide. 

Aucune parole, aucun acte, aucune provocation ne peut m'affecter, je ne suis pas emporté.e par le passé ou le futur.

Mon esprit est calme et mes perceptions ne sont pas erronées et déformées. 

J'inspire, je me vois comme l'eau tranquille. J'expire, je reflète fidèlement la réalité.

Solide, libre, je jouis d'une aussi grande liberté que la Lune dans le ciel immense. Très vaste, très paisible, 

J'inspire et je sens beaucoup d'espace en moi et autour de moi. J'expire, je me sens libre.

Thich Nhat Hanh « Un lotus s'épanouit »

JOUR 3 Méditation guidée - Contempler les 6 éléments dans mon corps et dans tout l'univers offerte par Sr Dao Nghiem

JOUR 4 Méditation silencieuse - Je respire consciemment pour être pleinement présent à moi-même et à toutes les merveilles autour de moi

Cher Bouddha, il fait encore nuit et je sais que le cerisier est là dans la cour devant moi. Le soleil va bientôt se lever. Les oiseaux vont chanter. Les papillons et les abeilles vont voltiger partout. Cher Bouddha, le cerisier, le soleil, les oiseaux sont là pour moi et je veux être là pour eux aussi, plein de fraîcheur de de beauté. Je suis entouré.e de frères et de sœurs qui sont là pour moi, assis dans la salle de méditation, et je veux être là aussi pour eux, plein de fraîcheur et de beauté.

Cher Bouddha, je veux pratiquer la respiration consciente comme tu nous l'as enseignée. Lorsque je fais une inspiration, je suis conscient.e de cette inspiration. Je suis pleinement présent.e. Quelle joie d'êtres vivant.e et de respirer tranquillement et paisiblement ! Je savoure chaque moment de mon inspiration. Je deviens un avec elle. C'est une source de paix et de bonheur pour moi pour tous mes ancêtres en moi car lorsque j'inspire, tous mes ancêtres inspirent en même temps. Lorsque je fais une inspiration, je souris et je m'en réjouis pleinement. Je souris au sapin, au cerisier, au lever du soleil et à la vie dans l'instant présent. Je vois que tous mes ancêtres sourient aussi avec moi. Comme c'est merveilleux !

Lorsque j'inspire, je relâche complètement tous les muscles de mon corps. Je lâche prise de toute tension. Je ne lutte plus. Je suis complètement détendu.e. En expirant je souris de tout mon corps. En inspirant j'établis mon corps et mon esprit dans le moment présent. Je sais que le moment présent est le seul moment où je peux vivre et être pleinement présent.e. C'est un moment merveilleux. Aussi je me fais pleinement présent.e pour mes frères et sœurs, pour le cerisier, pour le soleil, pour les abeilles et les papillons.

Thich Nhat Hanh « Un lotus s'épanouit »

JOUR 5 Méditation guidée - Me nourrir et me guérir (Sr Dao Nghiem)

JOUR 6 Méditation silencieuse - Les résistances à la méditation guidée

Certaines personnes sont habituées à la méditation assise silencieuse et sont gênées et même irritées par le son de la cloche et la voix du guide. Elles ont l'impression que ceux-ci réduisent leur paix et leur bonheur. C'est facile à comprendre. Pendant la méditation silencieuse, elles sont parvenues à calmer leur corps, et leur esprit, elles se sentent plus légères, plus paisibles et joyeuses. Dans cet état, évidemment, elles ne veulent pas être dérangées. Mais si elles se contentent de cet état, elles ne pourrons pas aller plus loin dans le travail qui consiste à transformer les formations internes dans les profondeurs de leur conscience. Il y a des gens qui ne méditent que pour oublier les complications et les problèmes de la vie, comme des lapins qui se recroquevillent sous une haie pour échapper au chasseur, ou des personnes qui se réfugient dans une cave pour échapper aux bombes. Lors de telles méditations assises, ils se sentent bien sûr dans la sécurité et la protection, mais ils ne peuvent pas continuer à toujours fuir. Au contraire, ils doivent retourner à la vie, plus solides et plus stables, pour aider et transformer.

Par la pratique de la méditation guidée, nous avons également l'occasion d'être en contact avec les merveilles en nous et autour de nous, afin de nous nourrir et d'avoir plus de paix et de bonheur. De plus, nous pouvons regarder profondément notre esprit, y semer de bonnes graines, les développer pour qu'elles transforment la souffrance en nous. Enfin, nous sommes guidés pour faire face à cette souffrance, pour en comprendre les racines et nous libérer de ses entraves.

Thich Nhat Hanh « Un lotus s'épanouit »

JOUR 7 Méditation guidée - Pleine conscience des contacts sensoriels (Sr Dao Nghiem)

JOUR 8 Méditation silencieuse - J'ouvre mon cœur aussi vaste qu'une rivière

Cher Bouddha, je sais que ton cœur est empli d'un amour sans frontières. Il embrasse tous les êtres dans le cosmos entier. Tu nous as souvent enseigné qu'une fois notre cœur bien ouvert, il est capable d'embrasser tous les êtres et nous ne souffrons plus. Tu as souvent pris exemple de l'eau dans un bol qui devient trop salée et imbuvable quand on y jette une poignée de sel, contrairement à la rivière dans laquelle une poignée de sel se dissout sans effet. Il en est de même pour notre cœur bien ouvert, qui ne peut pas être touché par ce que l'on appelle d'habitude les contrariétés. Il demeure paisible, libre et heureux.

Cher Bouddha, je m'entraînerai à appliquer tes enseignements quotidiennement. Chaque jour, j'ouvrirai grand mon cœur à tout le monde et en particulier aux personnes qui me font souffrir. Je pourrai voir alors qu'elles aussi souffrent, et ainsi les accepter et les aimer.

Thich Nhat Hanh « Un lotus s'épanouit »

JOUR 9 Méditation guidée - La nature de non naissance et de non mort de l'eau des vagues et de moi-même

JOUR 10 Méditation silencieuse - Lettre d'amour à la terre

Chère Terre mère,

Je t'appelle par le nom de "mère", qui est un nom humain, et pourtant je sais que ta nature maternelle est plus vaste et plus ancienne que l'humanité. Nous ne sommes qu'une très jeune espèce parmi tes nombreux enfants. Les millions d'autres espèces qui vivent ou qui ont vécu sur la terre sont aussi tes enfants. Je sais que tu n'es pas une personne, mais je sais que tu n'es pas moins qu'une personne non plus. Tu es un être vivant qui respire sous la forme d'une planète.

Chaque espèce a son propre langage, mais en tant que mère, tu peux nous comprendre tous et toutes. C'est pourquoi tu peux m'entendre aujourd'hui alors que je t'ouvre mon cœur et t'offre ma prière. Chère mère, où qu'il y ait de la terre, de l'eau, des rochers ou de l'air, tu es là, tu me nourris et tu me donnes la vie. Tu es présente dans chacune des cellules de mon corps. Mon corps physique est ton corps physique et tout comme le soleil et les étoiles sont présents en toi, ils sont également présents en moi. Tu n'es pas en dehors de moi et je ne suis pas en dehors de toi. Tu es bien plus vaste que mon environnement. Tu n'es rien de moins que moi-même.

Je te promets de garder la conscience éveillée que tu es toujours en moi, et que je suis toujours en toi. Je promets d'être conscient.e que ta santé et ton bien-être sont ma propre santé et mon propre bien-être. Je sais que j'ai besoin de garder cette conscience vivante en moi pour que nous soyons tous deux en paix, heureux, en bonne santé et solides. Parfois, j'oublie cela. Perdu dans la confusion et les soucis de la vie quotidienne, j'oublie que mon corps est ton corps, et parfois même j'oublie que j'ai un corps tout simplement. Ignorant la présence de mon propre corps et de la belle planète bleue qui m'entoure et qui est aussi à l'intérieur de moi, je suis incapable de chérir et de célébrer ce précieux cadeau de la vie que tu m'as fais.

Chère mère, mon souhait profond est de m'éveiller au miracle de la vie. Je te promets de m'entraîner à être vraiment présent.e pour moi-même et pour ma propre vie et aussi pour toi à chaque instant. Je sais que ma véritable présence est le meilleur cadeau que je puisse t'offrir, ma Terre mère bien aimée".

Extrait de : Thich Nhat Hanh. "Lettre d'amour à la Terre mère"

JOUR 11 Méditation guidée - Regarder profondément les 4 nourritures de ma consommation quotidienne

JOUR 12 Méditation silencieuse - Lettre d'amour à la Terre 

Chère Terre Mère,

Chaque fois que je marcherai sur la Terre, je m'entraînerai à voir que je marche sur toi, ma mère.

Chaque fois que je pose mes pieds sur la Terre, j'ai la chance d'être en contact avec toi et avec toutes tes merveilles. À chaque pas, je peux toucher le fait que tu n'es pas seulement en dessous de moi, chère mère, mais que tu es aussi en moi. Chaque pas doux et conscient peut me nourrir, me guérir et me mettre en contact avec moi-même et avec toi, dans le moment présent.

En marchant en pleine conscience, je peux exprimer mon amour, mon respect et mes soins pour toi, notre précieuse Terre. Je toucherai la réalité qui est que l'esprit et le corps ne sont pas deux entités séparées. Je m'entraînerai à regarder profondément pour voir ta vraie nature : tu es ma mère aimante, un être vivant, un grand être - une merveille immense, belle et précieuse. Tu n'es pas seulement de la matière, tu es aussi l'esprit, tu es aussi la conscience. Tout comme le joli pin ou le tendre grain de maïs possèdent un sens inné de connaissance, toi aussi tu le possèdes. En toi chère Terre mère, il y a les éléments de la terre, de l'eau, de l'air et du feu ; et il y a aussi le temps, l'espace et la conscience. Notre nature est ta nature, qui est aussi la nature du cosmos.

Je souhaite marcher doucement, avec beaucoup de respect en posant sur toi des pas pleins d'amour. Je marcherai avec mon corps et mon esprit à l'unisson. Je sais que je peux marcher de telle manière que chaque pas soit un plaisir : afin que chaque pas soit nourrissant et que chaque pas soit une source de guérison, non seulement pour mon corps et mon esprit, mais aussi pour toi, chère Terre mère.

Tu es la plus belle planète de tout notre système solaire. Je ne veux pas te fuir, chère mère, ni me dépêcher. Je sais que je peux trouver le bonheur ici, avec toi. Je n'ai pas besoin de me précipiter pour trouver d'autres conditions de bonheur à l'avenir. À chaque pas, je peux me réfugier en toi. À chaque pas, je peux profiter de tes beautés, de ton atmosphère si délicate et du miracle qu'est la gravité. Je peux arrêter ma pensée. Je peux marcher sans effort et en toute détente. En marchant dans cet esprit, je peux connaître l'éveil. Je peux m'éveiller au fait que je suis en vie, et que la vie est un miracle précieux. Je peux m'éveiller au fait que je ne suis jamais seul et que je ne peux jamais mourir. Tu es toujours là en moi et autour de moi à chaque pas, tu me nourris, m'embrasse et me porte loin dans l'avenir.

Chère mère, tu souhaites que nous vivions avec plus de conscience et de gratitude, et nous pouvons y parvenir en générant les énergies de la pleine conscience, de la paix, de la stabilité et de la compassion dans notre vie quotidienne. C'est pourquoi je fais aujourd'hui la promesse de te rendre à mon tour cet amour et de réaliser ce souhait en investissant chaque pas que je fais sur toi d'amour et de tendresse. Je ne marche pas seulement sur de la matière, mais aussi sur l'esprit que tu es"

Extrait de : Thich Nhat Hanh. "Lettre d'amour à la Terre".

JOUR 13 Méditation guidée -L'interdépendance et la non dualité de toute chose

JOUR 14 Méditation silencieuse - Lettre d'amour à la Terre

Chère Terre Mère,

En te regardant profondément, je vois la lumière et la chaleur du soleil qui permet à toute chose de naître et de grandir. Je vois les courants d'eau douce qui coulent sur cette planète et qui apportent la vie à la Terre. Je sens la présence de l'atmosphère et de tous les éléments dans l'espace, comme l'oxygène, le dioxyde de carbone, l'hydrogène et l'azote. Sans l'atmosphère, l'eau et le soleil, la Terre ne serait pas aussi belle que le sont le saule vert, le bambou violet et les fleurs jaunes. Partout, je perçois les quatre éléments que sont la terre, l'eau, le feu et l'air ; je vois comment ils interagissent avec tout et sont en moi.

Je toucherai la Terre et resterai proche de la Terre pour voir que je suis un avec vous ; je suis un avec la lumière du soleil, les rivières, les lacs, l'océan et les nuages dans le ciel. Les quatre éléments présents dans mon corps et les quatre éléments présents dans le corps du cosmos ne sont pas séparés.

Je fais le vœu de revenir vers vous et prendre refuge en vous pour constater sa nature solide et résistante en moi.

Extrait de : Thich Nhat Hanh. "Lettre d'amour à la Terre".

JOUR 15 Méditation guidée - Nos perceptions erronées quotidiennes fondées sur les 4 concepts

JOUR 16 Méditation silencieuse - Comme les fleurs d"un buisson de Chrysanthèmes, nous sommes tous de la même racine

Cher Bouddha, pendant cet automne, j'ai l'opportunité de contempler les chrysanthèmes de toutes les couleurs. Ils m'enseignent le non-soi, l'inter-être et la non-dualité.

Certains buissons de chrysanthèmes ont sept ou dix branches et chacune d'elle porte une grande fleur épanouie. Certains buissons ont une centaine de fleurs dont quelques unes sont encore en bouton. Certaines fleurs sont au début de leur épanouissement, d'autres en pleine éclosion. Si ces fleurs regardent leurs racines, elles verront alors qu'elles sont toutes de la même origine.

Nous sommes une sangha. Nous sommes un buisson de chrysanthèmes à cent fleurs. Chaque fleur a sa couleur et son parfum. Chacun de nous a un peu de pleine conscience, de compréhension et de compassion. Nous appartenons tou.te.s à une sangha, à une racine commune. En regardant profondément, nous ne sommes pas seulement une fleur ou une branche, mais nous sommes le buisson entier. Je suis cette fleur, mais je suis également l'autre fleur, car nous sommes de la même sangha, de la même racine. Certaines racines sont merveilleuses et d'autres ont des difficultés, mais elles font toutes de leur mieux. Nous sommes pareil.le.s. Nous pratiquons de notre mieux pour notre transformation. Nous sommes fleurs, mais nous sommes également racine et buisson entier. Nous sommes aussi notre grand frère, notre grande sœur, notre jeune frère, notre jeune sœur. Nous sommes aussi notre maître et nos ancêtres spirituels. Quoi qu'il arrive à une fleur, cela arrive au buisson entier. Quoi qu'il arrive à un des membres de la sangha, cela arrive à toute la sangha et à moi-même. C'est la nature de non dualité de chaque fleur et de chaque membre de la sangha. Avec cette vision profonde, nous pouvons vivre ensemble en paix et en harmonie.

Thich Nhat Hanh « Un lotus s'épanouit »

JOUR 17 Méditation guidée - La nature de non localisation et non limite de toute chose

JOUR 18 Méditation silencieuse - Je pratique comme une feuille : me nourrir et nourrir ma sangha

Cher Bouddha, chaque fois que je regarde une feuille, j'apprends beaucoup d'elle. Chaque feuille, durant toute sa vie, produit beaucoup de substance pour se nourrir et pour nourrir en même temps l'arbre et toutes les autres espèces.

Je veux pratiquer comme une feuille : produire quotidiennement une substance pour me nourrir et nourrir tou.te.s les membres de ma sangha, pour renforcer et embellir l'arbre sangha. Je ne ferai pas de reproche, ne critiquerai pas et ne laisserai pas à la jalousie la chance de se manifester. Une fois la compassion cultivée, tou.te.s les membres de la sangha sont soutenu.e.s et nourri.e.s. Je sais que quand je réussis à me comporter comme une feuille je suis heureux-se et ma sangha devient de plus en plus belle et joyeuse.

Thich Nhat Hanh « Un lotus s'épanouit »

JOUR 19 Méditation guidée - Toucher le Nirvana (méditation cosmique de Thich Nhat Hanh)

JOUR 20 Méditation silencieuse - Comme Bouddha je suis océan, rivière, nuage... et toute autre manifestation

Cher Bouddha, en regardant mes cinq agrégats, j'y reconnais les quatre éléments : la terre, l'eau, l'air et le feu. Je constate la nature de l'inter-être de ces quatre éléments en moi et à l'extérieur. J'observe également tout le cosmos en moi. Je vois les minéraux, les végétaux et les animaux en moi.

Je vois mes ancêtres aussi bien humains qu'animaux, végétaux et minéraux en moi. Je vois également mes descendant.e.s, les générations futures prêtes à se manifester. Je remarques mes cinq agrégats comme un courant continuel qui a commencé depuis la nuit des temps et qui continuera sans fin. Il est comme une rivière toujours en transformation. Même si je n'ai pas de soi, même si rien en moi n'est permanent, les pensées, les formations mentales et les émotions se poursuivent et continuent à se manifester. Je suis également mes descendant.e.s. Je suis aussi les animaux, les végétaux, les minéraux, les étoiles, le cosmos. Je porte en moi le temps infini et l'espace illimité.

Thich Nhat Hanh « Un lotus s'épanouit »

JOUR 21 Méditation guidée - Ma nature impermanente à travers les phases de cette vie

JOUR 22 Les 4 touchers de la terre 

L'arbre a ses racines, l'eau sa source. Nous, les humain.e..s, nous avons aussi nos racines et notre source. Ils sont nos ancêtres, notre famille, notre culture, notre pays, en quelques mots, tout ce qui nous est le plus familier et le plus cher. L'arbre est beau et luxuriant lorsqu'il est bien soutenu et nourri par ses racines nombreuses et fortes. Il en est de même pour nous. Nous sommes heureux-ses et en bonne santé lorsque nous nous sentons soutenu.e.s et nourri.e.s par nos ancêtres, notre famille, notre pays. En revanche, si nous nous sentons coupé.e.s, déconnecté.e.s de nos racines, nous nous sentons perdu.e.s, seul.e.s et nous souffrons. Si nous souffrons, ce n'est pas parce que nous n'avons pas de racines. En réalité, elles sont toujours là. Mais peut-être les avons-nous coupées ou niées ?

La pratique des Touchers de la Terre est une pratique de méditation qui nous aide à retourner à la terre, à retrouver nos racines et à reconnaître toutes leurs beautés que nous n'avions vues jusqu'à présent. Aussitôt que nous acceptons nos racines avec toutes leurs faiblesses aussi bien que leurs qualités, nous nous sentons de nouveau connecté.e.s à tout un courant d'ancêtres spirituels et génétiques. Nous n'avons pas besoin d'aller plus loin pour retrouver nos ancêtres. Ils sont encore vivants en nous. Il suffit de toucher la terre pour entrer en contact avec eux, pour sentir leurs énergies circuler en nous. Cette pratique rappelle également que nous faisons partie de la Vie. Nous ne sommes plus des enfants seul.e.s et perdu.e.s, sans lieu de refuge. Au contraire, nous nous sentons bien enraciné.e.s, bien solides. La souffrance laisse place à la paix et au bonheur.

Toucher la Terre signifie s'abaisser jusqu'à terre. Pour commencer, tenez-vous debout et joignez vos paumes de mains devant votre poitrine, formant un bouton de lotus. Puis, descendez doucement vers le sol de manière à ce que vos bras, vos jambes et votre front reposent confortablement par terre. Dans la position complètement à terre, détendez totalement votre corps et votre esprit pour visualiser et regarder profondément au fur et à mesure de l'écoute du texte. Inspirez toute la force et la stabilité de la Terre et expirez en relâchant toute votre souffrance. Si vous le voulez, vous pouvez mettre par terre un tissu bien propre. Votre visage sera en contact plus longtemps que d'habitude avec la terre. Il se peut que vous préfériez ne pas être gêné.e par la poussière que vous pouvez respirer.

Cette pratique peut transformer votre situation et contribuer à la construction de votre sangha. Au bout de trois mois, vous verrez un changement évident dans votre environnement.

Thich Nhat Hanh « Un lotus s'épanouit »

et maintenant ...

Traité de paix avec la Terre-Mère 

Le texte ci-dessous montre un certain nombre de pas que nous pouvons faire afin de réduire les dommages causés à notre l'environnement. Peut-être leur lecture vous inspirera-t-elle, vous pourrez alors vous engager à suivre ceux que vous aurez cochés. Si vous appliquez déjà régulièrement une de ces idées, marquez là d'une croix. Puis recopiez l'ensemble de vos engagements sur une feuille et gardez cette liste sur vous pour pouvoir vous y référer si nécessaire. Bien sur n'hésitez pas à la compléter...

Je soussigné ................................................................................................... m'engage à

___ Me rendre au travail à pied ou à vélo ..... fois par semaine
___ Dans un rayon de 8 km (ou ..... km ), me déplacer à vélo ou à pied
___ Me rendre au travail en transports en communs ou par covoiturage

___ Réduire mon nombre d'heures de vol à moins de .........par an
___ en compensation de mes voyages, acheter des « crédits d'énergie »
___ instaurer une journée sans voiture par semaine
___ travailler chez moi une fois par semaine
___ réduire le nombre de déplacements en voiture de .....%
___ Utiliser les escaliers plutôt que l'ascenseur
___ instaurer un jour sans électricité par semaine
___ Faire évaluer et améliorer les dépenses énergétiques dans la maison/ l'appartement ___ Installer des panneaux solaires chez moi

___ Pour mes besoins en électricité, installer des sources d'énergie renouvelables (éolienne, géothermie) ___ Faire sécher le linge à l'air (sans sèche-linge)
___ Réduire l'utilisation du sèche-cheveux et d'autres appareils électroménagers
___ Contribuer à la réduction des transports alimentaires en soutenant l'agriculture locale

___ Augmenter ma propre production alimentaire
___ Ne pas utiliser de pesticides ni d'herbicides
___ Acheter .... % de produits issus de l'agriculture biologique
___ Adhérer à une coopérative ou une AMAP près de chez moi
___ Remplacer les lampes à incandescence par des ampoules économiques
___ Supprimer l'air conditionné
___ Réduire l'utilisation de l'air conditionné de .....degrés
___ Baisser le chauffage de .....degrés
___ Installer un thermostat programmable
___ Installer un système isolant efficace pour les fenêtres
___ Manger uniquement végétarien
___ Conduire un véhicule peu ou non polluant
___ Éviter l'achat de produits jetables ou contenant beaucoup d'emballage
___ Remplacer les nappes, serviettes en papier et assiettes en carton par l'équivalent réutilisable ___ Fréquenter les bibliothèques plutôt que d'acheter des livres
___ Utiliser des sacs en tissus ou autres matières réutilisables pour les courses
___ Utiliser des produits ménagers biodégradables
___ Composter les déchets biodégradables
___ Encourager le recyclage au bureau, à l'école
___ Recycler les catalogues, les magazines en les donnant aux cliniques, cabinets médicaux...

___ Acheter des vêtements d'occasion

___ Planter des plantes locales et si possibles peu demandeuses d'eau

___ Planter .......arbres dans le voisinage

___ Éteindre les ordinateurs quand on ne les utilise pas

___ Utiliser des prises multiples afin d'éviter le gaspillage d'électricité

___ Programmer l'ordinateur pour qu'il s'éteigne au bout de 10 minutes si on ne s'en sert pas

___ Réduire la quantité d'eau chaude de ......%

___ Ne prendre que des douches, chaudes, mais courtes

___ Installer un système de chauffe-eau solaire

___ Réutiliser certaines eaux

___ Ne pas tirer systématiquement la chasse d'eau (« petit pipi reste ici, petit caca, tu t'en vas »)

___ Ne pas laisser couler l'eau lors du brossage des dents ou du rasage

___ Réduire la consommation d'eau de .......%

___ Installer un système de récupération des eaux de pluie

___ Au cours d'une promenade ou d'un jogging, ramasser les papiers par terre

___ Encourager un ami à s'engager à suivre cette liste

___ Me former dans le domaine écologique

___ Écrire des articles, des histoires, pour aider autrui à prendre conscience de l'écosystème

___ Méditer une fois par semaine sur ma façon de vivre en relation avec l'écosystème

___ Méditer une fois par semaine sur la façon dont je pourrais réduire ma consommation de façon concrète

___ Écrire aux hommes et femmes politiques de ma région, de mon pays, demandant une législation plus efficace en matière d'environnement

___ Soutenir, militer en faveur d'associations locales de défense de l'environnement A présent, voici mes propres propositions d'engagements :


Signature : ...................................................... Date : .....................................


Conscients, conscientes que c'est loin d'être suffisant, nous savons aussi que l'action commence à l'échelle individuelle.  Nous vous invitons à choisir d'autres enjeux plus impactants et à les partager avec nous pour nous inspirer mutuellement ;)